Omaï a Native of Ulaietea

Domaine : Arts graphiques

Titre : Omaï a Native of Ulaietea

Auteur / Exécutant : Nathaniel Dance-Holland (d'après), Francesco Bartolozzi (graveur)

Date : Octobre 1774

Matière et technique : papier eau forte, burin, encre

Dimensions : Longueur :    Largeur : 33,3   Hauteur : 54,6   Diamètre :   

Musée : Maison des Lumières Denis Diderot – Langres (52)

Numéro d'inventaire : 2012.1.1

Descriptif

L’estampe représente l’aristocrate tahitien Omaï (1751-1779), ramené en Angleterre par le capitaine Tobias Furneaux en 1774 à l’occasion du second voyage de James Cook. Il séjourna à Londres jusqu’en 1776 puis retourna chez lui à l’occasion du troisième voyage de Cook. Il fut à Londres une véritable coqueluche, représentant, comme Aotourou à Paris au même moment (depuis 1769 avec Bougainville), l’incarnation curieuse et exotique de l’ « Homme naturel » tel que le concevait les philosophes et hommes de sciences du XVIIIe siècle. On lui consacra notamment une pièce de théâtre en 1785. Il fut aussi peint par Joshua Reynolds (1723-1792) et par William Parry (1743-1791) aux côtés du naturaliste anglais Joseph Banks et du naturaliste d’origine suédoise Daniel Solander.
L’aristocrate commanditaire, Banks, reconnait dans cette image l’aristocrate Omaï comme un homme de son rang, cultivé et digne d’intérêt. L’image fait sans doute aussi référence à une figure antique en toge, dans la mesure où Tahiti (baptisée la Nouvelle Cythère) est volontiers comparée à cette époque à une sorte de réminiscence d’une pureté antique plus ou moins fantasmée.
Le tabouret maintenu par Omaï est traditionnellement réservé à l’aristocratie. Il est très caractéristique des fabrications de l’archipel de la Société. L’objet ici représenté fut offert par Omaï au capitaine Furneaux, curieux d’objets exotiques. Conservé jusqu’à nos jours, il fut acquis en 1986 par le musée de Tahiti et des Iles (Tahiti).

Cette œuvre fut commandée par Joseph Banks (1743-1820) auprès du peintre de portraits Nathaniel Dance-Holland (1735-1811) pour être gravée par Francesco Bartolozzi (1727-1815). Ce dernier, d’origine italienne, était installé à Londres de 1764 à 1802, notamment avec le titre de graveur officiel du roi Georges III. L’œuvre est dédiée à Lord Sandwich, premier Lord de l’Amirauté et organisateur des voyages d’exploration du Pacifique.