Château musée vodou - Strasbourg (67)

Horaires d'accueil

Du mercredi au dimanche: 14h00-18h00

Durée moyenne de la visite : 1 heure

Tarifs

Adulte : 14 €
Enfants à partir de 6 ans : 8 €
Groupes (par personne) : 11 €
Groupe à partir de 8 personnes
Familles nombreuses : 11 €

Présentation

Unique en son genre, ce musée héberge la plus importante collection privée d’objets vodou ouest-africains au monde. Tous les objets présentés ont été utilisés dans des pratiques religieuses : culte des ancêtres, médecine, divination, sorcellerie ou autres événements liés aux grandes étapes de la vie. Grâce à une scénographie sensible le public est invité à découvrir une culture méconnue et une philosophie de vie encore très pratiquée aujourd’hui. La collection, originaire du Ghana, du Bénin, du Togo et du Nigéria, dévoile ses secrets dans un écrin exceptionnel : un château d’eau de 1878.

Informations complémentaires

Le vodou est une religion née et pratiquée en Afrique de l’Ouest principalement au Bénin, Ghana, Nigéria et au Togo (il est encore actuellement une religion d’Etat au Bénin). Il se développe aujourd’hui, se mêlant au: christianisme, à l’islam et à l’hindouisme.
Vodou signifie le monde invisible. Par analogie, il désigne toutes les entités qui habitent le monde invisible : l’inconnu, l’incompréhensible, l’insaisissable.
Il existe en Haïti, au Brésil, en Amérique du Nord et à Cuba, pays qui partagent une histoire commune. Mais le vodou haïtien diffère du vodou béninois ou du vodou togolais ou ghanéen et encore du voodoo de la Louisiane. Le Château Vodou présente des objets originaires du berceau du vodou : l’Afrique.

Histoire du musée

Le Château Vodou est un musée privé, qui appartient à Marc et Marie Luce Arbogast. Il est géré par une association à but non lucratif, l’association des Amis du Musée Vodou. La passion de Marc Arbogast pour le vodou s’est établie de manière très naturelle et a été à la source de cette impressionnante collection. Le premier lien s’est tissé par le biais des plantes et de la pharmacopée, omniprésentes dans le vodou. Marc Arbogast a passé une partie de son enfance dans les Vosges où ses parents possédaient une demeure. Une sorcière était sa voisine et soignait les animaux de la forêt par les plantes. A force de la côtoyer, Marc a développé une admiration pour les secrets d’herboristerie de la vieille femme.
Le château d’eau qui abrite ce musée été construit sous domination allemande entre 1878 et 1883 par l’architecte berlinois Johann Eduard Jacobsthal (1839-1902). Il servait de réservoir destiné à alimenter les locomotives à vapeur.

Les collections du musée

La collection est composée de plus de 1 000 pièces, dont 220 exposées : « Le Vodou l’art de voir autrement « . C’est de loin la plus grande collection d’objets vodou africains au monde. Elle a commencé à se constituer en 1963 dès les premiers voyages de chasse en Afrique de Marc Arbogast.
L’ensemble des pièces sont des objets de culte, pour la plupart aujourd’hui désacralisés. Ils ont pour partie été collectés dans les pays où est pratiquée la religion vaudou, mais également auprès de marchands ou collectionneurs européens. Contrairement aux autres objets d’arts primitifs africains, il est relativement difficile de collectionner des objets vaudou. Ce sont tous des objets de culte qu’on ne peut trouver qu’auprès des bokono (devins, médecins du village), des sorciers, ou dans des couvents pour initiés. On en trouve également dans les cases familiales, mais ils ne sont jamais donnés à la vue des étrangers et encore moins des non-initiés. C’est pourquoi les Arbogast ont dû souvent se plier aux rites vodou afin de pouvoir assister à des cérémonies et ainsi entrer en contact avec les possesseurs de ces objets.
Un inventaire raisonné de tous ces objets a été réalisé. Ils ont été photographiés et les photographies présentées aux initiés vodous des pays dont les pièces étaient originaires afin de connaître leur historique, les raisons de leur construction et la pratique des rites sur ces objets. La majorité de ces entretiens ont été filmés et enregistrés. Cet inventaire prouve le sérieux de cette collection ainsi que son assise scientifique. Il sera mis à la disposition des chercheurs et du public dans un prochain temps.

Le parcours de l'exposition permanente

Le parcours s’étend sur quatre niveaux:
Rez de chaussée : les visiteurs commencent par faire la connaissance de Kéléssi, le seul objet « actif » du musée, et exercent un rituel avec du Gin pour lui demander de réaliser un de leur souhaits. Puis ils découvrent l’historique du château et l’histoire de la collection.
1er étage : Le panthéon du Vodou – Initiation au Vodou et aux dieux. La philosophie de vie vodou est présentée dans ses grands principes. L’histoire de l’esclavagisme a également sa place dans cette première approche.
2e étage : Le monde du secret et de la mort. Des objets maléfiques, des crânes et des ombres peuplent l’étage. On voit au dessus des têtes les fonds des 4 anciennes cuves du château d’eau. La fragilité de l’existence et le concept de la mort dans le vodou sont pointés du doigt. Le gardien de la nuit, grand masque de fibres végétales, veille sur les curieux.
3e étage : Les sociétés de masques, personnages-costumes, portés traditionnellement durant les cérémonies dédiées aux ancêtres ou aux femmes. Le visiteur est baigné dans une explosion de couleurs et de lumières. La visite se clôt dans l’une des anciennes cuves du château d’eau.

4, rue de Koenigshoffen
67000 Strasbourg

Tél. : 00 33 (0)3 88 36 15 03
Site : http://www.chateau-vodou.com

Contactez-nous par mail

Accès

Situé à 1 km de la gare de Strasbourg

Services

Langues - Français / Allemand / Anglais
Parking payant pour voitures
Parking gratuit pour voitures
Boutiques / Vente de produits
Audioguides
Visites guidées

Réseaux du musée